post

Our lifes on Instagram, l’outil social paisible

Il le chante si bien. Il LA chante si bien notre vie sur Instagram… et les avantages du ouifee. Sans chaise qui fait coui au Klout ! Merci JC Frog.

J’en profite pour dire tout le bien que je pense de cette appli qui n’a pas comme point d’intérêt majeur d’avoir été acquise par Marc Zückerberg Facebook.

  • C’est une App pacifique et respectueuse des liens d’amitié noués IRL ou ailleurs

Sur #IG (son petit nom) on peut poster ou pas, en rafale ou pas, dire ce que l’on veut en images. C’est doux, c’est joli en général (trés beau même parfois !), c’est calme toujours. Suivre ou ne pas suivre, qu’importe. Protéger ou pas ses images on a le choix. On est bien loin des LOLILOL de Facebook ou du Twittage déchainé, envahissant, pesant parfois. Même les #pourristagram ou les tâtonnements sont appréciés d’un œil bienveillant. On est loin des concours de kikis. Et même si des champions y sévissent, à l’aide d’applications comme Statigram, pas de problème. Chacun sa vie en couleurs, tranquille.

Les seuls « fights » que j’ai pu y voir sont des #SunsetWar, c’est vous dire la violence qui y règne 🙂

  • C’est une App réellement talentueuse pour tous

Un vrai appeau à #troll cette question : l’application donne-t-elle du talent ? Est-elle à la mesure des gens qui en ont ? Ma conviction est qu’Instagram est source de plaisir minuscules, chérissables, de petits clins d’yeux sympathiques. Que de grands noms de l’image se l’approprient m’intéresse aussi. C’est le Twitter de l’image, la réduction à la quintessence, la distillation du talent ou de l’inspiration. Mais (en général) sans compétition déplacée.

  • C’est une App utile aux e-commerçants

Cela reste à prouver puisque je n’en connais pas qui utilisent Instagram de manière professionnelle. Mais de la poule à l’oeuf… le style rétro, Hasselblad, coins carrés et un peu rétro progresse. Surtout dans les goûts du public. Une affaire de style car si le look est là, la prise de vue professionnelle reste un métier (voir #PeaceAndWool). Même si les reporters de guerre US ou les photojournalistes de rue ont avec leur iPhone un bel outil d’appoint. Gardons en tête que les nouveautés qui arrivent cet été vont changer le paysage : définition, stabilisation, taille de capteur…

  • C’est une App util aux marques

Utiliser Instagram comme le fait Madura ou certaines agences est intéressant, même si cela n’est pas encore mainstream. Une tendance intéressante de communication non verbale, de chemin de traverse à destination de public arty, peu lecteur (comme Pinterest), zappeur, etc.

post

Arrêtez de faire déborder votre entonnoir de conversion par pitié !

Moins de 3%*.

Si vous avez du bol, c’est le nombre des visiteurs qui vont se transformer en clients après que vous aurez payé** pour les faire venir sur votre site. 3% de votre audience qui va lire un article, demander des infos, payer un produit, bref : passer à l’acte !

Et alors ?

Alors, ce taux est encore plus bas si vous comptez les personnes qui vont devenir votre ambassadeur : vous recommander sur Facebook ou conseiller votre boutique à leurs amis.On parle de moins de 0,5%**.

Ceci explique que tous les annonceurs mettent autant d’énergie et de budget depuis des années à mettre au point des messages destinés attirer l’attention des lecteurs, des clients et prospects : pour moins de 3% de rendement. Des messages que nous ne voyons pas, bombardés que nous sommes dans un environnement numérique où l’ignorance est la règle. La plupart des gens sont trop pressés pour lire, penser, passer à l’acte.

L’erreur la plus répandue consiste donc à faire plus de bruit, attirer d’avantage l’attention pour bourrer l’entonnoir de conversion coûte que coûte. Élargir le public visé, la cible. Mais constater qu’un public plus large est encore plus difficile à transformer.

Alors, que faire de votre entonnoir ?

  • Prenez conscience de son fonctionnement. N’imaginez pas avoir un public facile à convertir.
  • Travaillez à colmater ses fuites, cherchez où sont les échappatoires dans le trafic, les comportements inattendus.
  • Si possible, raccourcissez ou supprimez des étapes, car chacune coûte cher.
  • Proposez des parcours différenciés, segmentez. Vous pouvez obtenir de forts taux de conversion sur des cibles spécifiques, ne manquez pas ces opportunités.

 

Mes remerciements :

– à Julien COQUET (aka Transfo Rimpoché) pour m’avoir inspiré avec son billet “Parlons conversion et transformation ou comment mesurer la performance de votre site web”
– à Seth GODIN pour son billet “The unforgiving arithmetic of the funnel” que je me suis permis de paraphraser, qu’il me soit beaucoup pardonné ;-)

 

 

Notas :
* Pour 2011, la FEVAD donne un taux de transformation de 2,7 (en hausse) pour le commerce en ligne en France (Journal du Net)
** “aprés que”, pas de subjonctif
*** D’aprés une étude ADMAP (sept/nov 2011) et Antoine DUPIN, le taux d’engagementFacebook moyen est de 0,5%