Je me souviens… #Auschwitz70

On est en 1975, un peu avant ou un peu après… je m’en souviens très bien, j’ai 10 ans.

Ce papy tatoué au bras : un matricule. A la mairie de Châtenay, il nous fait visiter une expo. Quelques photos de personnes cadavériques vivantes ou en charnier. Effroi et petites plaisanteries génées. La mort…

Un sac de billes - J. JoffoUn sac de billes. Mon frère dans la classe de Mme M, je lui emprunte le bouquin : délices de ces aventures de 2 frangins. Les prépuces, identification. Survie des gamins. Souvenir indélébile.

La mort est mon métier - R. MerleLa mort est mon métier. Passion Robert Merle, un peu plus tard. L’effroi de l’industrialisation, au-delà des individus. Le rationalisme au prix du coeur sec. La négation de l’Humain, totale.

Le Journal d'Anne FrankAnne Frank. Vacances en Bretagne, ennui pluvieux enfermé, lire tous les bouquins qui passent. Émois pré-adolescents : cette grande fille, captive, amoureuse… Frissons.

 

Je me souviens. De ce que je n’ai pas vu, de l’innommable. Qui ne devait, devra, doit, aurait du, ne jamais recommencer…

J’ai été bloguer ailleurs…

@Valvert chez Medium

@Valvert chez Medium

Un peu comme ce genre de soirée d’où l’on rentre pleinement heureux : la table était bonne, les hôtes particulièrement brillants, le vin délicieux a coulé à flots mais pas trop et l’on s’est senti ravi en si bonne compagnie. Cependant, un léger malaise vous prend en y repensant : pourquoi ne suis pas aussi comblé lors de telles agapes à domicile ?

Peut-être que la légère pression de devoir combler vos convives vous pèse ? Ce mouton oublié sous le canapé a obscurci le ciel de la soirée ? Un peu Bree Van de Kamp sur les bords le Valvert ?

Pour le blog c’est pareil. Le mien me plaît mais je souhaiterais lui conférer la netteté de celui de Romain par exemple. Ou la virginité épurée de Medium. Medium ? C’est là que j’ai passé ce si bon moment de blogging récemment.

Pas de menus, pas de barre latérale, peu d’options de publication, rien pour me distraire du message que j’avais à y passer. Comme ces soirées réussies chez les autres…

Mais alors ? Un grand chez soi ou un petit chez les autres ?

C’est la vie qui veut ça je crois. On rêve de simplicité mais on a toujours un tas de paperasses à traiter, un frigo à remplir… sauf quand on est chez les autres. J’y retournerai avec plaisir, mais je ne quitterai pas mon chez-moi, avec ses imperfections.

PS : Ca doit être mon côté Bisounours, mais en me relisant je me dis que ces impressions sont parfois dues à l’imprégnation. J’ai dû picoler un peu trop chez Medium. Je n’ai aucun écho de mes billets.

Medium est un hôte discret 🙂

Capotes, la peur ou le respect ? Messages à mes amis à gros kiki

Repas très amical dimanche… la conversation dérape gentiment sur un sujet a priori amusant mais pas léger du tout, l’utilisation consentie des préservatifs. La tablée joyeuse est composée à égale partie de trentenaires ou plus, des 2 sexes. Pour résumer la question, posée par des femmes « célibataires » (ou pas) c’est :

« Femme, me propose-t-on l’emploi de préservatifs lors d’un rapport ? »

Capote : peur ou respect

Capote : peur ou respect

Sous entendu, Monsieur a-t-il prévu le nécessaire ? Accepte-t-il le cas échéant ?

J’avoue avoir été très surpris par ce que j’ai entendu… La réponse est majoritairement non, la suite du RDV devra en général avoir lieu sans filet, qu’elles que soient les circonstances ou les hypothèses d’avenir. Monsieur n’a pas de matériel, Madame n’ose pas forcément/toujours insister… Pour couronner le tout, j’ai entendu une certaine détresse face à une situation banale et subie par les femmes.

Comme je déteste les conseils et les leçons, je me suis demandé comment néanmoins convaincre mes camarades à gros membres actifs (je vous valorise pour que vous lisiez mes gros kikis jolis), depuis longtemps déniaisés, dans le but de changer cet état de fait.

Les arguments contre le préservatif existent :

[styled_list2 style= »thumbs-down » variation= »red »]

  • Ca fait genre j’avais prévu de tirer un coup (ha bon, et ta « date » elle attendait un air de balalaïka sous son balcon ?)
  • C’est cher (c’est à ce moment-là qu’on rigole)
  • C’est pas pratique (fait bosser ta copine, elle dira merci)
  • On sent moins le plaisir (un peu, mais ça peut le prolonger aussi)
  • Tu es stérile quand tu as bu/Elle prend la pilule/On verra demain (connard !)

[/styled_list2]

Et les arguments pour le préservatif ?

C’est là que le bât (c. à d. la charge sur le dos de l’âne, pas celui accroché à la jaretelle) blesse. Différentes stratégies de communication pour l’utilisation du préservatif ont fonctionné ou pas… l’information, la peur, la séduction, etc.

Mais que peut bien écouter notre ami bite-sur-pattes, adulte mâle en pleine possession de ses moyens ? Des arguments de peur ou de respect…[styled_list2 style= »thumbs-up » variation= »green »]

  • Qu’il peut attraper des maladies ? (sa baraka le protègerait… pas toujours 🙁 )
  • Qu’il peut devenir papa (encore une fois, le risque le plus élevé… penses-y toi qui fait peut-être déjà des chèques chaque mois à une femme que tu as aimé)
  • Que c’est une marque de respect… (merde, il va falloir réfléchir 5 mn) (je l’ai fait, alors tu vas y arriver aussi) (poursuis la lecture…)

[/styled_list2]

Peut-être, mon cher ami qui nique sans capote et qui n’en veut pas ou ne veut pas y penser avant, est-ce la vraie question. Tu es respectueux je le sais, alors si j’ai une chance de te convaincre elle est là. Pas en te foutant les boules. En te parlant d’une affaire de respect :[styled_list2 style= »thumbs-up » variation= »green »]

  • Ta charmante est beaucoup plus sensible que toi aux infections, graves ou pas. C’est ainsi, pense à son petit coquillage fragile avant tout 🙂
  • Si ta petite graine venait à éclore et que le ravissant projet de créer une famille n’était pas au RDV, ce n’est pas toi qui te ferais tripatouiller les intérieurs de manière pas sympa du tout, avec les risques que cela suppose… pour sa santé, son futur de maman et son moral de princesse.
  • Evite une discussion pas sympa, empreinte de rapport de force à un moment qui se veut très agréable.

[/styled_list2]

Voila, juste le respect. On va y arriver.

Merci, bisous, et bonne bourre !

ÉDIT 11:22 6 mai 2013, merci AIDES
« Le QI des hommes diminue au fur et à mesure qu’ils se déshabillent » paru ce jour…


AIDES QI FR par AIDES-association

Les idées sont comme des plantes (réflexion entrepreneuriale agricole métaphorique)

dc6d66aea7b511e29c4c22000a9e0896_7Les idées sont comme des plantes.

C’est ma réflexion du matin, ayant quelques graines dans ma poche et certaines depuis  fort longtemps.

Entre volontarisme forcené et à-quoi-bon-isme, je me faisais quelques réflexion d’auto-encouragement pour me décider à semer.

J’aime les métaphores agricoles pleines de bon sens. A ppropos des idées :

  1. Elles germent discrètement, sous terre avant d’éclore
  2. Elles ne poussent vraiment qu’au grand jour
  3. Elles apprécient qu’on les soigne, les admire et les laisse pousser tranquilement
  4. Il faut les laisser pousser vraiment avant de les tailler
  5. Elles ne poussent pas toujours seules, il leur faut un jardinier, un biotope, des nutriments
  6. Elles risquent de crever, mais d’autres pousseront
  7. Elles peuvent se faire voler, mais d’autres pousseront
  8. Elles peuvent te nourrir, sur tous les plans, mais rarement immédiatement
  9. Les épreuves les renforcent. Elles n’en font parfois qu’à leur tête
  10. Certaines seront pour les générations suivantes

Alors c’est le printemps, je vais sortir mes idées 🙂 en espérant qu’elles poussent !

Et toi ?

 

Anti fouling écologique, question aux voileux… #twailors

carenage antifouling

20.000 tonnes/an d’antifouling

20.000 tonnes d’antifouling sont utilisées chaque année en France pour lutter contre l’encrassement des coques, assurer une meilleure glisse et donner la meilleure la longévité à nos embarcations favorites.

Ce sont des tonnes de produits nocifs pour la flore et la faune qui finissent par être éparpillés dans la mer elle-même, ou dans les lieux de recyclage prévus à cet effet. La nature et l’action même de ces produits ne peut pas éviter leur diffusion.

Cependant, de nouvelles alternatives arrivent progressivement sur le marché. Cet article sur le carénage écologique en est un bon exemple. A lire sans modération

EDIT : Les produits écolos sont soit moins toxiques et/ou dégradables SOIT basés sur le principe d’éviter toute adhésion sur la coque.

Question chers amis #twailors

Chers amis #twailors, propriétaires surtout, en loisir ou en compétition :

– Prêtez vous une grande attention au choix de votre revêtement antifouling concernant son impact sur l’environnement ? Lors des opérations de carénage ?

– Si vous aviez déjà pensé, quel a été le frein à choisir une alternative écologique ? La qualité/performance ? Le prix ? Le manque de choix ?

– De même que vos observations sur d’autres côtes, dans des pays plus green. Comment cela se passe-t-il dans le nord de l’Europe ? En Amérique ou ailleurs ?

Votre avis m’intéresse. Par avance, merci

PS : il s’agit d’une recherche professionnelle dont je vous parlerai prochainement.

Crédit photo FXBodin

#MP2013, promenade sous la pluie #J1 #J4 et Le Panier

Marseille sainte comme la Bonne-Mère qui nous garde, pute comme les anses de ses ports. Bleue horizon ou noire de crasse, irrésistible…

Marseille, catin méditerranéenne de 26 siècles, fardée pour 365 jours de noces culturelles, se donnera ou se refusera à qui elle décide…

Marseille 2013, Capitale Européenne de la Culture débutait samedi 12 par une (plusieurs) grande(s) fête(s) auxquelles je ne pouvait participer, peu importe ! (sauf la grande clameur je l’avoue)

Il ne s’agissait pas d’une « inauguration » (heing les parisiengs) mais du commencement d’une année folle avec plus de 400 évènements et tout voir semble complètement irréel : profiter signifie choisir, se consacrer à un endroit, un temps, sans pensée mortifère pour ce que l’on rate.

C’est aussi ça Marseille, profiter de manière insouciante.

Alors ce dimanche je voulais vraiment découvrir la ville toute belle toute neuve, même un lendemain de fête, entre Joliette et Vieux Port. En passant ces jours derniers, nombre d’échafaudages et de bâches avaient disparus. Une enfilade de lieux-clés étaient maintenant ouvert et je voulais les voir, sans chichis, malgré cette pluie froide.

Voici quelques photos qui traduisent cette balade, mêlant un tour sur les quais, les nouveaux bâtiments, puis un crochet façon touriste par Le Panier.

Longue vie à Marseille 2013

 

Ce que tu devrais faire…

Seth Godin, I know what you should doJe sais ce que tu devrais faire…

C’est facile à dire mais en fait, je n’en sais rien.

Je sais ce que JE ferais dans cette situation, mais je n’y suis pas.

Je sais ce que devraient faire tes clients, mais je n’en fais pas partie.

Je sais (et tu sais, et nous savons tous) ce que nous ferions dans une situation donnée, mais ce n’est pas la même chose.

L’empathie nécessite une chose extrêmement difficile : d’accepter que nous ne sommes pas et que nous ne serons jamais à la place de quelqu’un d’autre.

Il n’y a pas de chemin universel, rationnel car chacun a des buts différents, des points de vue différents et un vécu différent.

 

Edvard Munch, L’Oeil moderne. Expo à Beaubourg

Du 21 septembre 2011 au 9 janvier 2012 se tient au Centre Pompidou une expo sur Munch (prononcez Moun’k) qui est bien évidemment célèbre pour sa toile « Le Cri », expression bouleversante d’expression. L’angoisse, la terreur, la folie… Réduire ce peintre à cette toile serait bien réducteur.

Bien que cette oeuvre ne soit donc pas exposée, l’événement est d’un grand intérêt puisqu’il nous présente les facettes moins connues du peintre : sa relation avec les courants artistiques de l’époque, son intérêt pour la photo et ce qu’il en a appris. En effet, cet artiste, malade de l’oeil, a surmonté son handicap en l’étudiant avec les apports de la photographie et de l’optique.

Ci-dessous 2 vidéos Lire la suite