post

#landingpagequitue : @Valvert speaker à #seocampus @seocamp le 20 mars 2015

Oyez druides du net, maître es SERP et dresseurs de Panda

Le 20 mars on me donne la parole à l’événement Search Marketing « SEO Camp’US » à Paris/L’Usine de La Plaine Saint Denis. Ne comptez pas sur moi pour rendre le micro sans vous avoir parlé de…

La « Landing Page qui tue (ou pas) »

Un sujet que j’aime et que j’adore, les cordonniers étant toujours les plus mal chaussés et l’assistance étant d’un niveau élevé en ce beau jour de quasi printemps.

SEO camp us 19-20 mars 2015 Paris2

Jacky’s Touch

Alors, au menu :

  • En faire ou pas (une page d’atterrissage). On n’est pas forcé non plus.
  • Pourquoi il ne faut pas écouter les conseils
  • Comment se crasher à coup sûr (ou comment ne pas faire atterrir un Transal sur un porte-avion)
  • Ils disent quoi les growth hackers ? (et il faut peut-être faire attention)
  • On parle du mobile ? Des tablettes ?
  • Le site adapté ou les accessoires façon Jacky’s touch ?
  • On mesure comment ? Pourquoi ?
  • atterrir c’est bien, mais après ?

J’attends vos suggestions, vous en avez ?

Vos exemples ? Je vous fais un peu de pub (en commentaire ou sur hbourdon AT gmail POINT com)

Merci, bisous !

post

#shake15 aura lieu à Marseille les 29 et 30 juin 2015 #ecommerce #pharo #FrenchTech

La conférence « Shake your ecommerce » aura lieu au Palais du Pharo à Marseille les 29 et 30 juin 2015

Notez dans vos tablettes les dates de cette 2ème édition, toujours placée sous le signe du professionnalisme des spécialistes du commerce en ligne et de la bonne humeur sudiste !

Visitez le site #shake15 Continue reading

post

Antisèche #SEO pour développeur web – MOZ #CheatSheet

Joie de découvrir aujourd’hui la nouvelle version des conseils pour l’optimisation SEO de MOZ (ex SEOMOZ). Ce document gratuit et téléchargeable couvre tous les points essentiels de l’optimisation pour la recherche de manière complète et précise.

Soyez complètement OK pour Google Search !

Caractéristiques et bénéfices

  • Enregistrez les recherche effectuées sur Google qui ont mené à votre site : Ces astuces vous permettent de gagner un temps fou.
  • Disponible online et offline: Vous pouvez stocker le doc où bon vous semble et aussi éviter de l’imprimer (sauvez les arbres !)
  • A jour pour les marketers les plus pointu : Avec une section responsive design, les balises author, etc. vous ne passerez plus pour un con auprès des moustachus du SEO.

 

Informations incluses

The Web Developer's SEO Cheat Sheet 2.0

The Web Developer’s SEO Cheat Sheet 2.0

Si c’est important, c’est dedans

Page 1

  • Important HTML Elements
  • HTTP Status Codes
  • Canonicalization
  • URL Best Practices
  • Webmaster Tools

Page 2

  • Robot Control Syntax
  • Important User-agents
  • Sitemap Syntax

Page 3

  • Facebook Open Graph
  • Twitter Cards
  • Google+
  • Google+ Authorship
  • Google+ Publisher

Page 4

  • Targeting Multiple Languages
  • Mobile Web Development (Responsive Design)

 

Source de l’article : Optimisation SEO de MOZ (ex SEOMOZ)

post

Les places de marché, c’est cher et c’est compliqué ? #ecommerce #marketplace #MoustacheSellermania

76275_340C’est le sentiment qui se dégage des différentes sessions de formation ou des entretiens menés avec les commerçants ou des chiffres du marché. je pose la question et je constate : moins de 20 % des commerçants en ligne ont recours aux places de marché et cela ne semble pas même les effleurer.

Un trafic de plus en plus difficile à capter

Pourtant, le trafic est un problème de plus en plus critique pour les marchands, débutants ou matures : les résultats en référencement naturel sont longs à obtenir, périlleux et friables, le trafic payant est de plus en plus cher avec une prédominance de Google AdWords, de plus en plus cher, et peu d’alternatives…

Je ne parle même pas des dispositifs basés sur le contenu : étoffer intensivement son catalogue (trouver des fournisseurs, « pisser » de la fiche produit en masse, gonfler le contenu des fiches produits, remplir, se donner de la visibilité basée sur le volume) et/ou bien jouer le développement d’une marque, la créer, animer les réseaux sociaux, faire parler de soi et converser dans les medias sociaux aves sa ou ses communautés.

Tout ceci coûte fort cher, en main d’oeuvre, en réflexion, en hésitations stratégiques, en spéculation sur des hypothèses fragiles…

Une ignorance du potentiel existant sur les marketplaces

Pourtant une solution existe : elle s’ajoute aux sources de trafic existantes. cela s’appelle une place de marché et il en existe des dizaines dans chaque secteur, même sur les niches. cela les commerçants en ligne, actuels ou futurs, l’ignorent bien souvent.

Ce n’est pas dans notre culture sud européenne ou place de marché est souvent confondu avec la vente entre particuliers.

je ne dis pas qu’il suffit de se baisser pour ramasser des clients mais les efforts à fournir sont parfois des investissements utiles et pérennes.

Des projets… qui restent des projets

Quand le marchand s’éveille à la question, il regarde les étapes à franchir. Elles sont réelles, complexes. Il semble infranchissable de :

  • * Travailler son catalogue pour établir un extrait cohérent, qui soit adapté à la place de marché choisie. Il y a parfois tout à faire si le « rayon » est en création. Si la/les catégories existent, il faut trouver sa place au milieu des concurrents, créer sa spécificité, se donner un positionnement. Merchandising quand tu nous tient ! (c’est pourtant un vrai boulot de vrai commerçant)
  • * L’exporter, ce n’est pas le nirvana sur toutes les plateformes de ecommerce. ca se travaille. Il faut parfois pousser un peu son fournisseur de solution e-commerce 🙂
  • * Retravailler son catalogue, adapter ses catégories. Gencoder vos produits aussi.
  • * Soigner sa réputation : les meilleures places de marché évaluent leurs vendeurs : prix, délai, soin à livrer, retours. Le niveau de professionnalisme ne souffre aucun à-peu-prés sans sanction des clients eux-mêmes !
  • * Travailler ses prix, les faire varier, avoir une vraie stratégie concurrentielle… c’est un travail de jongleur.
  • * Gérer ses commandes : les réimporter dans sa boutique en ligne si elle existe et si le fournisseur de solution e-commerce s’en est préoccupé.

Pour transformer les idées en ventes concrètes, il faut s’outiller !

Comme pour le reste. Une évidence, mais comment ?

Vous pouvez le faire, vous êtes capables de gérer ce défi intéressant pour doper votre activité, un grand nombre de commerçants y arrivent. Surtout si vous avez eu le courage de lire jusque là : je vous invite vendredi 5 juillet à la présentation de SellerMania sur ce sujet avec des annonces importantes qui peuvent changer votre attitude sur la question.

A vendredi ? Inscription ici : MarketPlace, demandez l’impossible #MoustacheSellerMania

 

Pour comprendre :

Journal du Net/ Juridique / Les places de marché

post

La navigation à facettes #ecommerce Mise en oeuvre

La navigation à facettes est disponible depuis le mois de février pour les sites Oxatis

GDBoBalcons-Navigation-Facettes-Oxatis

Sur le site GDBoBalcons-Shop.com, exemple de navigation à facettes.
Marketing et refonte du design assurée par Valvernet, intégration et facettes par F. Sudaka

Cela concerne les abonnements Bronze, Chrome, et supérieurs. Elle permet de proposer à vos visiteurs une manière directe et efficace de trouver leurs produits en utilisant des filtres. (E-commerce, la navigation à facette, introduction ici). Ces filtres s’appliquent aux produits/catégorie concernée en cochant simplement des listes de choix. Cependant c’est à vous, marchand du net, de décider comment, pourquoi. Alors autant choisir en connaissance de cause !

La navigation par filtres une évolution très attendue

Puisque ce module/widget a prouvé son efficacité sur de nombreux (grands ou moins grands) sites et surtout ceux qui font le plus de volume sur les produits d’équipement, de vêtements, de consommation courante, etc. En effet, la navigation à facette c’est un peu « ce jean me plait, il me le faut en 36 avec une couture grise, en 40, boutonnage droit »… C’est à dire que si vous vendez des bougeoirs en macramé ou des pots de miels artisanaux, mieux vaut passer votre tour. Pensez plutôt optimiser votre panier moyens avec la vente complémentaire, par exemple.

Donc, parmi les milliers de clients Oxatis les plus affûtés, la question en ce moment est « J’y vais ou pas ? ». La réponse n’est pas évidente, comme je vous l’ai indiqué dans mon billet précédent E-commerce, la navigation à facette, introduction ici.

Avant de vous lancer ou que l’on en parle ensemble, je vous suggère de visionner ces 4 vidéos qui pas à pas vous indiquent la procédure de mise en oeuvre.

Vous remarquerez que l’impact sur votre catalogue est assez profond.  En particulier, puisque vous fusionnez les types d’options ce qui peut aboutir à faire exploser votre nombre de déclinaisons, quitte à les trier ensuite et à nettoyer la somme de résultats obtenus.

Je vous laisse regarder ? A tout de suite au 06 29 18 36 14.

En attendant, voici les liens utiles :

Créer une navigation à facettes 1/4

Fusionner les types d’options 2/4

Appliquer des caractéristiques à vos produits 3/4

Appliquer une navigation à facettes par catégorie de produit 4/4

Valvernet vous accompagne

dans les évolutions de votre site.

post

La navigation à facettes #ecommerce Introduction

ecommerce-navigation-facettes-oxatis

Affichage de la catégorie : Présence des sous-catégories et des filtres ou facettes

La navigation à facettes, qu’est-ce que c’est ?

C’est une manière de proposer à vos visiteurs une expérience de navigation et de choix de produits la plus pertinente dans votre site de commerce. Cette sélection repose sur un widget, ou module, qui filtre votre catalogue en fonction d’un choix d’options ou de critères. Ce module s’affiche dans certaines catégories d’articles, à côté des articles eux-mêmes. Il accélère l’accès au bon produit pour chaque client.

Ce module vient d’être intégré à la plateforme Oxatis, il est aussi présent sur Prestashop et Magento.

Exemples de navigation à facettes

La mise en œuvre la plus classique est celle d’un marchand d’électro-ménager. un visiteur souhaite acquérir un produit donné, comme un frigo. Une fois arrivé sur les produits choisis, dans la catégorie, une sélection de critères va lui être proposée : taille, couleur, classe énergétique, format, aménagements… La mise en place de navigation par filtres doit correspondre à votre activité, catalogue, manière de vendre. Elle vient s’ajouter comme une solution de choix qui ne doit pas déstabiliser votre modèle de conversion qui repose sur un catalogue, la navigation par catégorie ou thématiques, la proposition de produits complémentaires (cross selling), la proposition d’achats< d’impulsion, etc.

Donc ajouter une corde à votre arc est intéressant si cela ne vient pas déséquilibrer l’ensemble.

Si vous vendez des produits banalisés, concurrentiels, c’est indispensable. si vous jouez le coup de cœur et l’impulsion, les ambiances et la marque, c’est peut-être une arme à double tranchant qui peut se retourner contre vous. La réponse vous est propre et n’est valable qu’à un moment donné ou pour une partie de votre catalogue par exemple !

Attention à vos paramétrages de navigation par filtres

Il faut rester maître du parcours de conversion et ne pas détourner le client de son but :

  • Où mettre en place les facettes : accueil, catégories, sous catégories ?
  • A côté de la fiche produit ? Ce n’est peut-être plus le moment de permettre au client de se perdre à nouveau dans le magasin.
  • Ne mettez pas en compétition les choix d’options/tailles/couleurs et la sélection de critère du widget de navigation par filtres.
navigation-facettes-ecommerce-oxatis

Affichage de l’article : Disparition des sous catégories et des filtres ou facettes

Les bénéfices de la navigation à facettes

  • Un confort de navigation et une facilité de choix pour vos visiteurs
  • Un côté pratique dans l’alimentation de votre site, pour vendre les produits de « longue traine »
  • Un taux de transformation théoriquement amélioré
  • Plus de pages indexées par Google, si les résultats sont bien lisibles par les moteurs

Les dangers de la navigation à facettes

En conclusion

Il est nécessaire de mettre en œuvre la navigation à facettes dans un sites suffisamment mature. En particulier, les étapes préalables d’architecture du catalogue (merchandising : catégories et sous catégories) doivent bien avoir été décrites pour soutenir le filtrage, une bonne stratégie de contenu des accueils de catégories avec leurs argumentaires et de mise en place de critères de réassurance sont aussi des pré-requis incontournables.

Enfin, l’optimisation du référencement doit avoir démarré avant la mise en œuvre. En effet, il faut mesurer et suivre l’impact de la navigation à facettes : parcours de visites, nombre de pages indexées, contenus, existence d’erreurs, de contenu dupliqués ou de saturation du moteur si trop de liens sont proposés sur chaque page par exemple.

Valvernet vous accompagne
dans les évolutions de votre site.

post

Fin des blogs, la bonne blague

progression_blogs_chappaz_overblogPlus que jamais c’est la forêt des réseaux sociaux qui cache les blogs : leur discrétion apparente est infondée.

Pierre Chappaz pointe du doigt à juste titre cette distorsion de la réalité : le nombre de blogs comme leur audience ne cesse de grimper.

Pour les marchands (c’est mon angle de lecture de cette actu) il est important de considérer des questions de fond qui doivent l’idée que le blog est un outil stratégique…

Les marques ou distributeurs doivent passer à l’éditorial

Vous avez vu le gros onglet Shopping dans vos recherches Google ?

Il y a fort à parier que tout le contenu commercial indexé par votre meilleur ami sera classé un jour dans cet onglet et pas dans les résultats standards. Et alors ? Si vous voulez y rester il va vous falloir parler de vous, de vos clients, de votre actualité de manière différente qu’au travers de vos fiches produits… la base !

D’autre part, et puisque vous ne pensez pas d’abord à Google mais à vos visiteurs, ils attendent une relation qui ne soit pas uniquement marchande : faites leur un peu la conversation (ça me rappelle un sketch avec un légionnaire 🙂 )

Votre contenu vous appartient

Alors le diffuser via Facebook ou autre plateformes ne fait du sens que si vous en gardez (ou attestez) leur propriété. Publié sur votre blog, à vostre audience, publié en 1er lieu à cet endroit SIGNE votre contenu. Il est à vous indéniablement et pour toujours.

Google + vous donne même le moyen de prouver votre qualité d’auteur et d’en bénéficier en termes de réréfencement et de qualité : Informations relatives à l’auteur dans les résultats de recherche A ne négliger sous aucun prétexte !

Le blog est un hub, au centre de vos publications

L’ensemble de tout ce que vous publiez sur les réseaux sociaux, comme de ce que l’on dit de vous sur ces mêmes réseaux, forme une cacophonie difficile à maîtriser. Si vous voulez écouter et prendre la parole, maîtriser un peu ce flot d’informations disparates, le blog est votre baguette de chef d’orcheste.

Il vous permet de distribuer le contenu, par le biais de vos billets, de republier et de donner de l’ampleur à ce qui est intéressant, de ramener chez vous des débats nés ailleurs.

Votre blog est à vous : il ne risque pas de disparaître, comme sur une plateforme qui risque de changer de conditions d’utilisation. Vous y faites ce que vous désirez avec qui vous désirez.

Bloguer c’est facile quand on considère que c’est une question de conversation

L’art de la conversation, c’est aussi pour le numérique !

Songez que prendre la parole en publique est en général bien plus stressant que de discuter tranquillement avec des relations amicales. Le blog c’est pareil : vous sortez de la communication publicitaire (one to many) pour passer au face à face virtuel. C’est bien plus simple… normalement.

On parle d’engagement : passer du message asséné à l’échange. Pour vous y aider, je vous suggère cette lecture sur l’art de la conversation. Art que vous pratiquez naturellement !

Penser stratégie est plus facile autour de l’outil blog

Pour les mêmes raisons que la communication devient cacophonique, son orchestration est difficile… que dire ? quand ? comment ?

le blog vous aide à réaliser les étapes fondamentales de votre communication numérique sans même y penser trop au départ : créer des catégories, respecter une logique de régularité, soigner différents publics… Les bases se renforcent au fur et à mesure sans même y penser.

Quand le temps de la stratégie se présente, vous avez construit du tangible, exploitable, pour trouver un nouveau souffle.Et si ce n’est pas le cas vous avez tout sous la main pour améliorer votre travail dans le futur. Ce qui ne serait pas le cas en faisant l’inventaire de contenu disséminé sur les différents outils sociaux.

Bloguez que diable !

Comme Monsieur Jourdain parlait en prose sans le savoir. Ce sera mon message de fin, ou de début puisque c’est maintenant à vous de jouer, ou d’écrire plutôt.

Etes-vous prêt ? Voulez-vous un peu d’aide ?

post

CCI Marseille Provence 28/02 à 9h : Analysez le trafic de votre site pour optimiser son référencement

Jeudi 28 février 2013 de 9h à 10:30, j’interviendrai au « RDV CCIMP des TIC » sur le thème :

« Analysez le trafic de votre site pour optimiser son référencement »

Au menu :

Exploitez les statistiques de fréquentation de votre site pour adapter votre stratégie

  • Quelles sont les informations pertinentes et comment les collecter ?
  • Quels sont les outils disponibles ?
  • Comment les analyser pour optimiser son positionnement ?

Plus d’informations :
Lieu : Showroom TIC – CMCI

Adresse : W.T.C – Centre des Congrès – 2, rue Henri Barbusse – Marseille
De 9 h 00 à 10 h 30 entrée gratuite, inscription obligatoire

CCI Marseille Provence : Analysez le trafic de votre site pour optimiser son référencement.

post

Google Killer, est-ce une promesse raisonnable ?

Le petit dernier qui a fait du bruit dans le monde impitoyable des internets et de la recherche s’appelle Qwant.

J’avais été quelque peu étonné de leur manière de communiquer, sérieuse et prétentieuse, opaque tout en étant volubile sur leurs objectifs…

Tout a été dit ou presque sur leurs qualité réelle et supposée : Sur « Tranches de marketing », voici une excellent synthèse de ce qui a pu être dit sur Qwant.

Maintenant c’est « The Rude Baguette » qui leur donne le coup de pied de l’âne. Bref, une belle leçon de comm et de marketing à mon sens.

Ce que j’en retiens :

  1. On a pas 2 fois la chance de faire bonne impression.
    C’est un peu crispant ou inhibant quand on lance un produit/service mais le jour J, il faut être prêt. Hein Sony PS4 ?
  2. Un peu de bullshit, pour garnir c’est utile.
    Mais c’est comme la salade au fond du plat. Trop c’est trop.
    La presse s’est emballée en copiant/collant un CP très gonflé. Comme disait Marc chez Oxatis, selon l’adage US : « Never trust your own press release »
  3. Ecoutez/connaissez vos utilisateurs.
    J’ai l’impression que Qwant n’a pas bien identifié que les early birds allaient regarder comment cela fonctionnait, et que les suivants, plus grand public, n’y trouvaient pas leur compte. La recherche a changé.
    De surcroît, qui est le client de Google ? C’est l’annonceur. Je n’ai pas entendu un mot sur ce que Qwant allait offrir aux annonceurs (vendant eux-même de l’affiliation et achetant leurs résultats, j’ai envie de dire qu’il y a un intermédiaire de trop quelque part).
  4. Chouchoutez les leaders d’opinion
    A ce titre le lancement du BlackBerry 10 est exemplaire : tout ce qui compte de meneur sur les réseaux sociaux, d’influenceur, de trublions aussi, a été invité à découvrir et s’extasier devant le berceau du nouveau né.
  5. Soignez la promesse.
    Peut-on avoir comme promesse celle de tuer son concurrent ?
    Oui en interne, pour galvaniser ses troupes. Oui si l’on est un challenger musclé et dévoré d’ambition. Oui si on ne cherche pas à conquérir une niche de marché. Oui si on est sûr et certain de résussir.
    Non, jamais, si on est une puce sur le dos d’un chien.

Si vous vouliez attirer de nouveaux clients, susciteriez-vous l’envie en vous présentant comme un tueur ?