post

Retour d’Algeria 2.0 #ecommerce #socialmedia

Flash-back sur l’événement Algeria 2.0

qui s’est tenu en Algérie du 15 au 20 avril 2013 avec cet entretien vidéo, pris sur le vif, sur mes impressions à propos des journées qui venaient de se dérouler. (Le manque de sommeil est visible , 🙂 ) Une orientation e-commerce, réseaux sociaux, mobile de mes critères d’écoute et d’analyse. Et un point de vue, sur place, qui fait la part belle à des évolutions différentes de mon cadre habituel : l’alternative algérienne e-commerce semble passer par le web-to-store, le mobile et… Facebook qui occupe une place phénoménale en Algérie !

La manifestation était très riche, puisqu’elle offrait une large gamme de conférences et d’ateliers

  • * Entrepreneuriat et Innovation

  • * Medias sociaux

  • * Start-up Week-end féminin

  • * Libre Day, hackathon Open StreetMap

  • * BeMyApp Algeria – Concours d’applications mobile

  • * Joomla Day

  • * Ateliers Arduino, etc.

L’intérêt d’échanges, a fortiori au sein de la région Euro-Méditerranée et vu de marseille, ne se dément pas et laisse augurer un fort potentiel économique mais surtout humain et fraternel.

Les occasions de rencontres et les opportunités de business ont été nombreuses avec un public très dynamique et pointu sur les technologies : jeune, engagé, à l’écoute. Ce fût aussi l’occasion de bavarder avec quelques leaders algériens institutionnels ou du monde de la comm et des télécoms : ravi d’avoir rencontré Nassim LOUNES de Med&Com, Toufik LERARI de Allégorie TV/Tequila Rapido et tant d’autres, comme les autres speakers avec qui nous avons passé de bons moment. Beaux souvenirs et découvertes nombreuses !

Je remercie pour leur aimable invitation : Karim EMBAREK, M. Abdellah MALLEK, Meriem BOUAKKAZ 

post

Animer sa clientèle, apprécier son travail : la « Fish Philosophy »

Bruno Fridl sur Instagram

Bruno Fridl sur Instagram

C’est grâce à Bruno Fridlansky qui ce matin sur Instagram a publié ce texte intéressant que j’ai eu envie d’en savoir plus sur…

La très positive Fish Philosophy concept marketing autant que RH

Qu’es aquo la Fish Philosophy ?

C’est ce que les marchands de la halle aux poissons de Seattle font chaque jour pour vendre et prendre plaisir au travail. Un programme simple et parfois si compliqué à obtenir !

Je veux ça à Marseille 🙂 ha non, les marchandes de poissons du Quai des Belges le font déjà !

La Fish Philosophy (Wikipedia) tient en 4 points :

  • Soyez présent : Quand vos clients ont besoin de vous et de toute l’équipe. Mettez les distractions et les jugements de côté pour être présents mentalement et émotionnellement : c’est un signe de respect. cela améliore la communication et renforce les relations.
  • Jouez : Vous pouvez travailler sérieusement sans vous prendre au sérieux. Le jeu est un état d’esprit plus qu’une activité. Cela vous permet de vous projeter dans ce que vous faites avec enthousiasme et créativité, de manière naturelle, non forcée. Jouer aide à trouver des idées pour relever les défis quotidiens.
  • Faites leur leur fête (Make their Day!) : Valorisez vos clients et publics avec des signes de reconnaissance et de remerciement. Quand vous donnez du bien-être, vous vous sentez bien également !
  • Jouez votre rôle : Pour vivre votre vie pleinement, choisissez votre rôle plutôt que de réagir aux situations. Qui serez-vous aujourd’hui ? C’est un choix à faire chaque matin. Aider les autres, faire le clown, etc. La théatralisation tient une grande place dans la Fish Philosophy.

Pour aller plus loin, la Fish Philosophy en vidéo

La vidéo Fish Philosophy version management, option dissection d’humour

La version Fish Philosophy in-situ, bien moins sérieuse avec un côté vidéo-gag

Il y a aussi le livre Fish Philosophy

très bien analysé ici : http://blog.leadersefficaces.net/2011/07/la-fish-philosophie.html

post

Taux de conversion et stratégie #ecommerce

Baromètre performance ecommerce

Google et Kantar Media :  baromètre des performances des sites marchands, taux de rebond, de refus, d’abandon et de conversion de 7 segments de marché. Via Journaldunet.com

Enfin, une grille comparative et détaillée des performances sectorielles des sites de commerce via Google et Kantar Media !

L’utilité d’un baromètre des sites marchands, même très complet puisqu’il mesure les taux de rebond, de refus, d’abandon et de conversion de 7 segments de marché peut vous échapper. Ha bon ?

Référons nous quelques minutes à la marine à voile et à l’utilisation du baromètre. Sortons quelques instants du concours de quille ou de mât (qui a la plus longue ?) pour comprendre…

Interpréter les observations

Il faut bien comprendre que la valeur exacte de la pression atmosphérique est somme toute secondaire puisque c’est sa fluctuation, ce que l’on appelle en météorologie « la tendance de pression », qui importe pour prédire le temps qu’il fera.

Alors, vos performances ecommerce ?

Comment les interpréter et les utiliser face à cette cascade de chiffres, leur aspect réjouissant ou angoissant, les conclusions à tirer et les mesures à prendre ? Comme d’habitude (non ?) je vous propose de faire preuve de bon sens et d’optimisme pour progresser. C’est à dire dans une perspective d’évolution et de prise en compte relative.

1/ Penser évolution des taux de rebond, de refus, d’abandon et de conversion

La question à se poser est « Comment les performances de mon site évoluent-elles ?« . Très simplement en créant un tableau de suivi avec un relevé de chiffres mensuels si ce n’est déjà fait. Surveiller votre position mois par mois pour établir si le baromètre, le vôtre, évolue favorablement ou défavorablement. Sans se comparer aux autres sites, en surveillant votre météo personnelle de performance !

2/ Penser performance relativement aux autres sites/secteurs ecommerce

Bien évidemment, puisque vous êtes dans un environnement concurrentiel, il est intéressant de vous comparer à cette grille. Cependant attention : cette dernière manque absolument de finesse. Par exemple si vous vendez des accessoires de mobiles : quelle ligne choisir ?

Même remarque si vous vendez majoritairement sur mobile : les différences sont énormes en termes de performances. Il vous faut donc séparer ces indicateurs pour les surveiller isolément. Logique. Donc ne pas se fier aux apparences.

Enfin, essayez d’obtenir des repères plus précis sur vos concurrents : même si vous ne dépensez pas beaucoup d’argent sur AdWords, les performances de vos campagnes (annonces, mots-clés choisis, position atteinte) vous donnent des repères fiables de valeur de vos textes et argumentaires.

3/ Penser stratégie ecommerce avec conversion ET fidélisation en tête

Pour poursuivre cette relativisation, considérer que votre stratégie n’est pas celle de vos concurrents. Ces indicateurs de performances ont une grande valeur mais sont tous orientés sur le court terme. Il faut être performant en 1ère intention évidemment… mais vous (ou vos concurrents) pouvez jouer avec finesse la seconde chance : collecte de coordonnées (mail ou social), proposition de téléchargement, fidélisation, viralisation, etc.

La conversion immédiate est très attrayante et gratifiante en termes de performance, mais son coût est élevé. Ce n’est pas forcément votre modèle si vous jouez le long terme, la marque, le nom de domaine qualitatif, le référencement naturel, le bouche à oreille, les belles stratégies au travers des medias sociaux.

Pour conclure sur les performances ecommerce

L’ensemble des indicateurs est important et ces repères publiés par le journal du Net ont un grand intérêt. Il faut cependant les prendre avec discernement et ne pas oublier que la donnée brute ne fait pas la stratégie. Considérez ces derniers comme des indication à un moment donné pour un secteur global mais que leur variation est plus importante que leur valeur absolue.

 Je reste à votre disposition pour vous aider à mesurer ces performances, à les améliorer, mais aussi à optimiser votre stratégie. N’hésitez pas à me consulter

post

La navigation à facettes #ecommerce Mise en oeuvre

La navigation à facettes est disponible depuis le mois de février pour les sites Oxatis

GDBoBalcons-Navigation-Facettes-Oxatis

Sur le site GDBoBalcons-Shop.com, exemple de navigation à facettes.
Marketing et refonte du design assurée par Valvernet, intégration et facettes par F. Sudaka

Cela concerne les abonnements Bronze, Chrome, et supérieurs. Elle permet de proposer à vos visiteurs une manière directe et efficace de trouver leurs produits en utilisant des filtres. (E-commerce, la navigation à facette, introduction ici). Ces filtres s’appliquent aux produits/catégorie concernée en cochant simplement des listes de choix. Cependant c’est à vous, marchand du net, de décider comment, pourquoi. Alors autant choisir en connaissance de cause !

La navigation par filtres une évolution très attendue

Puisque ce module/widget a prouvé son efficacité sur de nombreux (grands ou moins grands) sites et surtout ceux qui font le plus de volume sur les produits d’équipement, de vêtements, de consommation courante, etc. En effet, la navigation à facette c’est un peu « ce jean me plait, il me le faut en 36 avec une couture grise, en 40, boutonnage droit »… C’est à dire que si vous vendez des bougeoirs en macramé ou des pots de miels artisanaux, mieux vaut passer votre tour. Pensez plutôt optimiser votre panier moyens avec la vente complémentaire, par exemple.

Donc, parmi les milliers de clients Oxatis les plus affûtés, la question en ce moment est « J’y vais ou pas ? ». La réponse n’est pas évidente, comme je vous l’ai indiqué dans mon billet précédent E-commerce, la navigation à facette, introduction ici.

Avant de vous lancer ou que l’on en parle ensemble, je vous suggère de visionner ces 4 vidéos qui pas à pas vous indiquent la procédure de mise en oeuvre.

Vous remarquerez que l’impact sur votre catalogue est assez profond.  En particulier, puisque vous fusionnez les types d’options ce qui peut aboutir à faire exploser votre nombre de déclinaisons, quitte à les trier ensuite et à nettoyer la somme de résultats obtenus.

Je vous laisse regarder ? A tout de suite au 06 29 18 36 14.

En attendant, voici les liens utiles :

Créer une navigation à facettes 1/4

Fusionner les types d’options 2/4

Appliquer des caractéristiques à vos produits 3/4

Appliquer une navigation à facettes par catégorie de produit 4/4

Valvernet vous accompagne

dans les évolutions de votre site.

post

La navigation à facettes #ecommerce Introduction

ecommerce-navigation-facettes-oxatis

Affichage de la catégorie : Présence des sous-catégories et des filtres ou facettes

La navigation à facettes, qu’est-ce que c’est ?

C’est une manière de proposer à vos visiteurs une expérience de navigation et de choix de produits la plus pertinente dans votre site de commerce. Cette sélection repose sur un widget, ou module, qui filtre votre catalogue en fonction d’un choix d’options ou de critères. Ce module s’affiche dans certaines catégories d’articles, à côté des articles eux-mêmes. Il accélère l’accès au bon produit pour chaque client.

Ce module vient d’être intégré à la plateforme Oxatis, il est aussi présent sur Prestashop et Magento.

Exemples de navigation à facettes

La mise en œuvre la plus classique est celle d’un marchand d’électro-ménager. un visiteur souhaite acquérir un produit donné, comme un frigo. Une fois arrivé sur les produits choisis, dans la catégorie, une sélection de critères va lui être proposée : taille, couleur, classe énergétique, format, aménagements… La mise en place de navigation par filtres doit correspondre à votre activité, catalogue, manière de vendre. Elle vient s’ajouter comme une solution de choix qui ne doit pas déstabiliser votre modèle de conversion qui repose sur un catalogue, la navigation par catégorie ou thématiques, la proposition de produits complémentaires (cross selling), la proposition d’achats< d’impulsion, etc.

Donc ajouter une corde à votre arc est intéressant si cela ne vient pas déséquilibrer l’ensemble.

Si vous vendez des produits banalisés, concurrentiels, c’est indispensable. si vous jouez le coup de cœur et l’impulsion, les ambiances et la marque, c’est peut-être une arme à double tranchant qui peut se retourner contre vous. La réponse vous est propre et n’est valable qu’à un moment donné ou pour une partie de votre catalogue par exemple !

Attention à vos paramétrages de navigation par filtres

Il faut rester maître du parcours de conversion et ne pas détourner le client de son but :

  • Où mettre en place les facettes : accueil, catégories, sous catégories ?
  • A côté de la fiche produit ? Ce n’est peut-être plus le moment de permettre au client de se perdre à nouveau dans le magasin.
  • Ne mettez pas en compétition les choix d’options/tailles/couleurs et la sélection de critère du widget de navigation par filtres.
navigation-facettes-ecommerce-oxatis

Affichage de l’article : Disparition des sous catégories et des filtres ou facettes

Les bénéfices de la navigation à facettes

  • Un confort de navigation et une facilité de choix pour vos visiteurs
  • Un côté pratique dans l’alimentation de votre site, pour vendre les produits de « longue traine »
  • Un taux de transformation théoriquement amélioré
  • Plus de pages indexées par Google, si les résultats sont bien lisibles par les moteurs

Les dangers de la navigation à facettes

En conclusion

Il est nécessaire de mettre en œuvre la navigation à facettes dans un sites suffisamment mature. En particulier, les étapes préalables d’architecture du catalogue (merchandising : catégories et sous catégories) doivent bien avoir été décrites pour soutenir le filtrage, une bonne stratégie de contenu des accueils de catégories avec leurs argumentaires et de mise en place de critères de réassurance sont aussi des pré-requis incontournables.

Enfin, l’optimisation du référencement doit avoir démarré avant la mise en œuvre. En effet, il faut mesurer et suivre l’impact de la navigation à facettes : parcours de visites, nombre de pages indexées, contenus, existence d’erreurs, de contenu dupliqués ou de saturation du moteur si trop de liens sont proposés sur chaque page par exemple.

Valvernet vous accompagne
dans les évolutions de votre site.

post

Fin des blogs, la bonne blague

progression_blogs_chappaz_overblogPlus que jamais c’est la forêt des réseaux sociaux qui cache les blogs : leur discrétion apparente est infondée.

Pierre Chappaz pointe du doigt à juste titre cette distorsion de la réalité : le nombre de blogs comme leur audience ne cesse de grimper.

Pour les marchands (c’est mon angle de lecture de cette actu) il est important de considérer des questions de fond qui doivent l’idée que le blog est un outil stratégique…

Les marques ou distributeurs doivent passer à l’éditorial

Vous avez vu le gros onglet Shopping dans vos recherches Google ?

Il y a fort à parier que tout le contenu commercial indexé par votre meilleur ami sera classé un jour dans cet onglet et pas dans les résultats standards. Et alors ? Si vous voulez y rester il va vous falloir parler de vous, de vos clients, de votre actualité de manière différente qu’au travers de vos fiches produits… la base !

D’autre part, et puisque vous ne pensez pas d’abord à Google mais à vos visiteurs, ils attendent une relation qui ne soit pas uniquement marchande : faites leur un peu la conversation (ça me rappelle un sketch avec un légionnaire 🙂 )

Votre contenu vous appartient

Alors le diffuser via Facebook ou autre plateformes ne fait du sens que si vous en gardez (ou attestez) leur propriété. Publié sur votre blog, à vostre audience, publié en 1er lieu à cet endroit SIGNE votre contenu. Il est à vous indéniablement et pour toujours.

Google + vous donne même le moyen de prouver votre qualité d’auteur et d’en bénéficier en termes de réréfencement et de qualité : Informations relatives à l’auteur dans les résultats de recherche A ne négliger sous aucun prétexte !

Le blog est un hub, au centre de vos publications

L’ensemble de tout ce que vous publiez sur les réseaux sociaux, comme de ce que l’on dit de vous sur ces mêmes réseaux, forme une cacophonie difficile à maîtriser. Si vous voulez écouter et prendre la parole, maîtriser un peu ce flot d’informations disparates, le blog est votre baguette de chef d’orcheste.

Il vous permet de distribuer le contenu, par le biais de vos billets, de republier et de donner de l’ampleur à ce qui est intéressant, de ramener chez vous des débats nés ailleurs.

Votre blog est à vous : il ne risque pas de disparaître, comme sur une plateforme qui risque de changer de conditions d’utilisation. Vous y faites ce que vous désirez avec qui vous désirez.

Bloguer c’est facile quand on considère que c’est une question de conversation

L’art de la conversation, c’est aussi pour le numérique !

Songez que prendre la parole en publique est en général bien plus stressant que de discuter tranquillement avec des relations amicales. Le blog c’est pareil : vous sortez de la communication publicitaire (one to many) pour passer au face à face virtuel. C’est bien plus simple… normalement.

On parle d’engagement : passer du message asséné à l’échange. Pour vous y aider, je vous suggère cette lecture sur l’art de la conversation. Art que vous pratiquez naturellement !

Penser stratégie est plus facile autour de l’outil blog

Pour les mêmes raisons que la communication devient cacophonique, son orchestration est difficile… que dire ? quand ? comment ?

le blog vous aide à réaliser les étapes fondamentales de votre communication numérique sans même y penser trop au départ : créer des catégories, respecter une logique de régularité, soigner différents publics… Les bases se renforcent au fur et à mesure sans même y penser.

Quand le temps de la stratégie se présente, vous avez construit du tangible, exploitable, pour trouver un nouveau souffle.Et si ce n’est pas le cas vous avez tout sous la main pour améliorer votre travail dans le futur. Ce qui ne serait pas le cas en faisant l’inventaire de contenu disséminé sur les différents outils sociaux.

Bloguez que diable !

Comme Monsieur Jourdain parlait en prose sans le savoir. Ce sera mon message de fin, ou de début puisque c’est maintenant à vous de jouer, ou d’écrire plutôt.

Etes-vous prêt ? Voulez-vous un peu d’aide ?

post

Sobre, il récite ses caractéristiques aux visiteurs de sa fiche produit et à Google

Ivre, il s’épanche et double son trafic et son taux de transformation sur la même fiche produit.

Votre fiche produit parle-t-elle au cerveau droit ou au cerveau gauche de votre visiteur ?

Le cerveau gauche analyse et évalue. Il est du côté du portefeuille.

Le cerveau droit rêve, imagine et ressent. Il est du côté du coeur.

Êtes-vous sobre et factuel dans vos argumentaires ? Ou vous laissez-vous aller à quelque bavardage qui peut avoir toute son importance ?

Evidemment, vos caractéristiques s’adressent au cerveau gauche.

Elles permettent à votre visiteur de comparer, de connaître et de vérifier lui-même la pertinence de son achat. Dans ces caractéristiques, le prix est un élément qui a toute son importance. On se situe dans une perspective d’achat rationnel. Votre prospect aura immanquablement le réflexe de visiter plusieurs sites, des comparateurs.

Il cherche la meilleure offre et élimine impitoyablement chaque combinaison qui ne répond pas à ses attentes rationnelles.

C’est la dure vie des produits banalisés et connus, des achats conscients et réfléchis.

Les avantages de votre offre s’adressent aux 2 cerveaux, droit et gauche

Elles introduisent la comparaison, l’évaluation, la différenciation. Si vous prenez la main, vous pouvez influencer son jugement pour vous placer dans un environnement complexe. Le prix « compte moins » si vous savez vous distinguer.

Le client futur ressent les conséquences de son choix : c’est le moment de lui parler des services entourant votre offre. La comparaison devient difficile. Savez-vous vous distinguer ? Trouver les arguments ?

C’est parfois difficile, mais les solutions sont déjà plus nombreuses qu’en se basant uniquement sur les caractéristiques.

Les bénéfices parlent au cerveau droit

Le cerveau droit aime ou déteste, fait confiance ou se méfie. Il a besoin de chaleur humaine, de confort, de perception positive. On peut le séduire en lui faisant percevoir des bénéfices, du plaisir, en jouant sur son ego de cerveau humain irrationnel.

Le client dont le cerveau droit est actif ne compare plus : il a envie. Il achète selon son impulsion. Il veut continuer à rêver, renouveler son shoot de dopamine

C’est l’univers des marques de luxe, des artisans loquaces, des ambiances cosy et du pouvoir de l’image et du verbe. C’est la chance des « petits » face aux gros, du fait main face à l’industrie.

Faites le test avec votre fiche produit : à quel cerveau parle-t-elle ?

Elle parle forcément au cerveau gauche : les caractéristiques sont là, obligatoirement. Est-ce suffisant pour emporter la vente ? Scotcher le prospect au panier d’achat sans faire retour vers les résultats de recherche ? Chercher sur d’autre sites ?

Vous distinguez-vous ? Pourquoi acheter chez vous ? Quels avantages ? En glissant sur ce terrain, vous marquez des points. Vous égalisez…

Si votre fiche produit parle au coeur, séduit avec des bénéfices et fait rêver, vous êtes en route pour faire grimper vos stats de conversion : le taux de transformation peut monter. Surtout si vos caractéristiques et vos avantages viennent justifier et renforcer mais surtout pas précéder cette excellente entrée en matière.

Mais Google s’en fiche non ? Cerveau droit ou gauche, quel rapport ?

Google (votre référencement et votre trafic, votre budget AdWords) s’en moque fichtrement : il fonctionne au mot-clé. Normalement. Mais peut-on confondre Google et ses visiteurs ?

Les visiteurs ne savent pas toujours ce qu’il cherchent

Une large fraction de visiteurs cherchent avec leur cerveau droit : en fait ils ne savent pas ce qu’ils veulent. Ils tâtonnent, tapent « activité pour les enfants », « déco sympa », « foulard à la mode » ou « idée de cadeau à faire soi-même ». Ils se balladent sur les blogs, veulent qu’on les séduisent. Lisent la presse, sont influençables et se déplacent erratiquement.

C’est tout à fait différent que de chercher « pull vert col V taille 40 », qui mène éventuellement à un achat/comparaison rationnelle. Cette démarche, puisque vous êtes un e-commerçant rationnel et studieux est déjà validée. Ou à faire d’urgence !

La différence sur votre taux de transformation va se ressentir ici : ce type de visiteur est plus propice à l’achat d’impulsion, compare moins. Si vous savez le séduire !

Question à se poser : les mots-clés dans votre fiche produit adressent-ils les 2 modes de recherche ?

C’est important pour vos futurs visiteurs, c’est important aussi pour le futur de Google qui cherche à trier de plus en plus les résultats et vous envoie des visiteurs. Google rafine de plus en plus les résultats de recherche qu’il vous présente :

  • Jadis : une recherche pour TOUT le web (mondial)
  • Hier : une recherche en France, toutes sortes de résultats
  • Aujourd’hui : une recherche la plus pertinente selon ce que vous recherchez
    • proche de vous si c’est un service de proximité
    • produits, avec un onglet pour cela
    • des prix mis à jour très fréquemment
  • Demain, le web sémantique qui interprète vos demandes (et presque vos pensées, au moins votre comportement)

Google oriente (de plus en plus) la recherche rationnelle vers le shopping

Est-ce uniquement là que vous voulez être visible ? Votre contenu cerveau droit, celui qui fait rêver et vendre ne mérite-til pas d’être visible dans les recherches classiques ? Voulez-vous des acheteurs d’impulsion en plus des acheteurs rationneles ?

Probablement !

Alors avez-vous pensé à l’image que vous donnez, à votre métier de marchand mais aussi d’éditeur de contenu qui enrichit ses fiches produits, blogue, discute avec son entourage par le biais de réseaux sociaux ?

 

post

Optimiser son référencement #SEO #SEM, générer du trafic. 13 moyens

Back To Basics, comment générer du trafic ?

La manière de générer des vistes vers son site, comme la manière de le convertir au mieux, sont des préoccupations permanentes de commerçants en ligne. Quel que soit leur stade de développement. Voici une (petite) infographie pour faire le point ou avancer sur cette longue route…

Votre base : vos contenu => Vos mots-clés.

Dois-je rappeler que cette information de mots-clés est stratégique et doit se poser avant même de commencer à rédiger ? Non 🙂

Muni de votre précieuse liste, parfois longue, mais hierachisée par ordre de priorité. Vous pouvez démarrer, ou bien continuer à travailler. Quel ordre de priorité ? Faites comme Google, utilisez 3 critères :

  1. la popularité (nombre de résultat sur une occurence)
    ET
  2. la pertinence (OneDirection est populaire mais ne vous apportera pas de trafic qualifié)
    ET
  3. La pression concurrentielle. Renforcez le référencement naturel (SEO) sur les niches disputées, payez un peu au départ (SEM) pour faire votre place au soleil

Vos munitions mots-clés en main, passez en revue l’armenent à votre disposition pour « tirer »

La liste ci-dessous est expressive : c’est une route à suivre… et à emprunter à nouveau fréquemment. Même si vous êtes ceinture noire 3e dan, il faut user le tatami et renouveler les exercices très régulièrment.

  • Aticles sur votre blog
  • Echange de liens avec votre environnement
  • Créer des podcasts, des infographies
  • Achat de liens sponsorisés
  • Campagne de bannières publicitaires ou de PPC (Pay Per Click)
  • Affiliation
  • Optimiser vos liens internes
  • Accueillir des blogueurs externes (guest blogging)
  • Proposer du contenu original à d’autres blogs ou sites (link baiting)
  • Publier du contenu riche sur les réseaux sociaux
  • Organiser votre site pour un bon référencement naturel : liens interne, fil d’Ariane, publier votre flux RSS
  • Être présent dans les annuaires, les comparateurs

Cette liste n’est pas exhaustive. Tout ceci est progressif et suppose une certaine inertie : pénible au démarrage mais positive si votre stratégie de contenu vous donne des résultats durables !

Alors, vous en êtes où dans votre génération de trafic  ?

 

Valvernet est à votre disposition
pour votre visibilité !

[button size= »large » bgColor= »#db004c » link= »http://www.valvert.net/contacts »]Contactez-moi !»[/button]

 

Optimiser_referencement-genereration_trafic

Via Stratège Marketing

post

Ecommerce – « Qui sommes-nous », écrivez une page sourire !

La page « Qui sommes-nous ? » est discrète et parfois négligée

LOL project - David KEN

Pourtant elle a toute son utilité : c’est un peu le sourire d’un site de commerce qui se respecte. Elle joue un rôle-clé dans le fameux AIDA (Attirer, Intéresser, Désirer, Agir) : elle éveillera l’intérêt de vos visiteurs ou les repoussera.

Il vous appartient de séduire et de rassurer avec cette page. Trop crispée ou négligée, elle ratera inconsciemment son but. Soignée, elle facilitera toute votre relation avec vos clients.

Cette page est donc tout à fait comparable à un sourire.

Un beau sourire, c’est quoi ?

  • Une dentition parfaite, tout est là
    N’omettez pas de point-clé dans votre « Qui sommes-nous »
    Vos noms de famille, votre adresse ou un lien clair vers la page « Contact », pourquoi avez-vous choisi cette activité, un lien vers les pages de réassurance (politique de retour), VOS points d’intérêt.
    Soyez méthodiques comme un orthodontiste dans votre préparation
    « Comment écrire la page Qui sommes-nous ?« , sur ce même blog.

 

  • Des lèvres entr’ouvertes, pulpeuses, pleines de sous-entendus.
    Même si votre page « Qui sommes-nous ? » n’est pas votre fiche Meetic (vous avez une fiche Meetic ???), il faut faire rêver sans tout dire, susciter le désir, provoquer la rencontre, cultiver la manque…
    Donc en dire assez pour attirer l’attention et rassurer, mais pas trop quand même. Attention au bavardage !

 

  • Des aspérités discrètes…
    => Paradoxe peut-être. Mais si vous avez une petite entreprise et un sourire de grand carnassier des profondeurs… vous allez faire peur. La baudroie a une mâchoire plus grande que le reste du corps. On connaît poisson plus attirant 🙂
    Vous n’êtes pas une multi-nationale ? Et alors ?

 

  • Une touche personnelle : les fossettes de votre site.
    N’ayez pas peur des imperfections, elles sont attachantes. Bon, ce n’est pas une raison pour négliger votre haleine !

 

  • Un entretien régulier…
    L’hygiène parfaite du sourire de votre site passe par un brossage méthodique et régulier et l’usage du miroir : demandez leur avis à vos proches. Un morceau de salade passe parfois inaperçu.
    Et si cette page est bien écrite, personnelle, dans l’air du temps, elle mérite d’être raffraîchie souvent.

Un sourire pour attirer le regard, séduire, embrasser, mordiller…

A vous de jouer !

[framed_box height= »60″ rounded= »true »]

Valvernet vous accompagne
dans vos travaux rédactionnels.

[button size= »large » bgColor= »#db004c » link= »http://www.valvert.net/contacts »]Contactez-moi »[/button]

[/framed_box]

PS : encore un essai de billet court.
PS 2 : J’ai RDV pour un détartrage du sourire de mon site 😀
PS 3 : Les sourire sont de chez chez David Ken du LOL Project