post

Le XTERRAIN500 bicycle, vélo de rêve pour @LeCapFerret ?

Coup de coeur immédiat pour cette monture atypique et passe-partout

X Terrain bicycle

X Terrain bicycle

(source)pour moi qui aime le vélo et fait preuve de peu d’aisance dans la marche sur sable mou : le XTERRAIN500 bicycle semble idéal.

La bête affiche des largeurs de boudins à faire pâlir les propriétaires de Zodiac

25 cm devant et 12,5 derrière. Il passe partout, sur le sable mou, les herbes, la boue. Il est en projet (site Corp.)avec appel à financement particpatif sur Indiegogo (mais introuvable pour le moment ???).

Pas de quoi rêver qu’un jour une horde de promeneurs viennent démonter les dunes patiemment stabilisées.

On a déjà vu trop de Segway embêter les piétons dans la rue, mais pas encore de drones… les législations vont néanmoins devoir s’adapter. La dernière en date me ravit : on va pouvoir bénéficier d’avantages fiscaux (Les salariés qui viennent travailler à vélo vont bientôt pouvoir être indemnisés/Challenges) pour utiliser son vélo professionnellement.

post

#ManuelaMarseille @ManuelDiaz #talk le 30 sept. 2015 @EMDmanagement « Tous digitalisés. Et si le futur avait commencé sans vous ? » #FTWKS @FrenchTechAM

RDV 18:00 le mercredi 30 sept. à l’EMD Management Marseille
Inscription

Manuel Diaz nous a scotché à #shake15 !

Voir la vidéo de son intervention à Shake15 en bas de cet article

#ManuelAMarseille 30 septembre 2015

#ManuelAMarseille 30 septembre 2015

Suite à une forte demande exprimée via les réseaux sociaux Manuel revient.

Le mot-dièse #ManuelAMarseille avait été trés largement relayée et décliné dans d’autres villes, Manuel avait promis de revenir : il tient sa promesse et nous fait le plaisir de reprendre la parole en public.

L’argument, ce que Manuel appelle Kodakisation, plutôt qu’Überisation, c’est de nous donner une lecture du présent et du passé pour imaginer un avenir : le numérique fout le bordel mais il est fécond, riche de potentielles évolutions…

Cette keynote sera aussi l’occasion d’échanger avec des professionnels du numérique, chefs d’entreprises, entrepreneurs. Le talk sera suivie d’une signature de l’ouvrage de Manuel (chut, c’est encore quasi confidentiel) puis d’un apéritif.

Inscription gratuite et obligatoire.

A propos de Manuel Diaz

Manuel Diaz, Président de l’agence de communication digitale Emakina.FR

En 1997, avec l’aide de son frère Carlos, Manuel Diaz crée à Limoges groupeReflect, une agence spécialisée dans la création de sites internet, qui s’impose rapidement comme leader sur le marché du Web participatif en France et sur le marché européen.

L’agence se rapproche en 2007 du groupe de communication belge Emakina. Manuel Diaz devient alors président du groupe en France.

En décembre 2011, Manuel Diaz, proche de l’industrie du luxe, fait l’ouverture de la conférence LeWeb’11 aux côtés du couturier Karl Lagerfeld, qu’il conseille pour la communication digitale de sa marque éponyme, et de Loïc le Meur, chef d’entreprise et blogueur français.

Le Figaro lui consacre un portrait le présentant comme « le Séguéla du numérique » et le magazine l’Optimum le fait figurer dans les 50 personnalités qui vont changer la France.

En Juin 2014, Manuel Diaz poursuit la stratégie de développement d’Emakina.FR avec l’acquisition de l’agence publicitaire créative TOY, agence aux clients prestigieux tels que Solaris, BIC, Attractive World, Sofinco ou encore la SNCF.

Avec le lancement en novembre 2014 d’une étude sur la brand experience, Manuel Diaz affirme sa vision différente des marques et de leur rapport aux consommateurs.

Manuel Diaz fait désormais partie du top 20 des dirigeants hexagonaux les plus influents sur Twitter et  anime un blog sur lequel il relaye et commente l’actualité numérique : www.manueldiaz.fr.

Site internet de EMAKINA.fr

La vidéo de Manuel DIAZ à #shake15

Shake 2015 – PLENIERE 11 from event2one on Vimeo.

post

Il a fait une digital detox et on en a rien à f… #ModeAlainDelon

La digital detox c’est LE truc dont on parle depuis belle lurette

mais qui survit encore et toujours, mieux que le #LOL, déclaré obsolète cet été par LeMonde, hahaha. Le concept m’a toujours paru fumeux, étant numéricotoxico depuis 2007 au moins…

Sauf que je reviens de #DigitalDetox et que je trouve intéressant de partager avec vous…

  • Pourquoi une #DigitalDetox ? Quels bénéfices ?
  • Quelles précautions prendre ? Comment faire ?
  • Pourquoi (ne pas) en faire une ? Mais, il y a un mais…

Pourquoi une détox ? Quand tu n’en peux plus…

D’abord je n’ai pas choisi de faire une détox, je me suis fait voler mon mobile le 13 juillet, veille de mon anniversaire (un psy n’y verrait aucun hasard). Cependant, cela tombait bien : je me sentais harassé depuis plusieurs semaines par le fil à la patte du mobile, des notifications incessantes, des demandes et sollicitations diverses, des conflits d’agenda, auquel j’ajoute la nécessité de faire baisser la pression après Shake…

En passant, mon overdose, puisqu’il faut nommer les choses, a grandement été déclenchée par Messenger, le chat de Facebook : le trafic entrant a explosé depuis cet hiver, j’étais incapable de répondre aux sollicitations (d’inconnus parfois), de conversations décousues (je sais me désabonner merci :)… Ajoutez une poignée de comptes Twitter qui chauffent et une messagerie en mode pop corn : vous voyez le tableau.

Donc, pour préserver mon budget tendu et mes nerfs à l’avenant, pas de mobile pendant 3 jours. Juste un Noknok de base sans mail, twitter, FB. Et là, en se connectant tout de même dans la journée pour assurer les affaires courantes, une impression de paix et de sérennité.

Découverte d’une sensation de calme : plus de messages au volant (c’est dangereux), plus d’attente de retours immédiats. Retours de mails, retours de tweets, retours de posts FB… le mal absolu des occupeurs d’attention, de temps de cerveau (analyse a posteriori). Le « machin » nous aide à combler l’attente (à La Poste, au train, aux toilettes) par des attentes encores plus pénibles à supporter.

Donc cet coupure accidentelle de connexion s’est prolongée : je n’ai pas repris de mobile intelligent (merci quand même à @Sanji qui m’a prété un appareil sous Firefox OS, mais que je ne qualifierais pas d’intelligent. Le mobile, pas @Sanji, m’enfin !).

Résultat/bénéfices :

  • Plus de temps. Du temps perdu avec joie, à ne rien faire, à voir des gens (nan là vraiment je plaisante, jamais le « digital » ne m’a coupé de voir des gens, ne croyez pas ce discours d’intox)
  • Moins de douleurs au cou, aux poignets, aux yeux. Si, si !
  • Plus focalisé sur l’essentiel : dire non ou hiérarchiser, filtrer, laisser tomber. Choisir c’est renoncer… entre ce qui est important et ce qui ne l’est pas…
  • Retéléphoner. Si, un peu. Même si je déteste le téléphone malgré ma voix envoutante . On m’a remercié d’avoir appelé. J’ai été ravi de reparler de vive voix à certain/e/s.
  • Plus de sens de l’orientation : même en vélo, et surtout, une carte suffit. Le GPS c’est si pratique qu’on en perd un des plus préciux de nos sens… (C’est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup).
  • Aucun temps passé à chercher ma came pendant 15 jours : le ouifi, la prise, les accessoires, les bidules. Poches vides, le pied !

Quelques précautions tout de même avant de couper… #timber

ne coupez pas #DigitalDetox

ne coupez pas #DigitalDetox

Si vous voulez couper, quelques mises en garde pour ne pas vous retrouver coincé entre l’arbre et l’écorce :

  1. Prenez la décision vous-même. Cela peut paraître idiot mais si votre détox est liée aux injonctions de tiers, vous courez à l’échec, comme pour la clope ou l’équilibre alimentaire. cela doit venir de vous !
  2. Choisissez un moment adéquat, sachant qu’il n’y a jamais de « bon » moment. Le moins mauvais ira : un moment où vous ne mettez pas en péril votre activité pro, l’organisation de vos vacances avec des g33ks patentés…
  3. Prévenez votre entourage. Un peu au moins, ne passez pas 15 jours à l’annoncer sur les réseaux sociaux 🙂 Et repérez ceux qui peuvent vous donner un soutien moral (vous ne partez pas non plus au bagne).
  4. Cadrez des moments de reconnexion indispensable : relever les mails importants (prévoir filtres et tris, auto-réponse), jeter un oeil aux notifications.
  5. Préparez-vous, donc, pour éviter les galères en respectant les points ci-dessus et avant de mettre à exécution le point suivant…
  6. Débranchez. Respirez. Prenez le temps. Faites autre chose.
    Pas de mobile intelligent, pas de wifi. Choisissez un endroit comme le Cap Ferret pour vous mettre à l’abri de la tentation 🙂

Alors, à vous ? Mais ne peut-on éviter la #DigitalDetox ?

Dans l’article de Madyness sur la digital detox, selon le psychiatre Serge Tisseron, l’option radicale n’est pas la bonne solution : comme souvent, tout est question d’équilibre.

Je préconise pour ma part (moquez-vous de mes conseils de super addicted 🙂 ) :

  • Pas de mobile à la tête du lit, au restau (celui qui le sort paye l’addiction)
  • Des sessions de mails régulières et focalisées par types de tâches/messages
  • Pas de push mail/twitter/FB sur le mobile
  • De ne pas faire de détox pour de mauvaises raisons : injonction externe, procrastination ultime, etc.
  • De faire du vélo, du tricot, des colliers de nouilles, à bouffer pour les copains

Donc si vous avez passé la limite haute de vos capacités numériques, allez-y (heu, maintenant ? Au moment de la rentrée ?). Si c’est pour faire comme les copains ou parce que votre boss/conjoint/ami vous enjoint à le faire, méfiance !

Bon courage à ceux qui reprennent le collier !