Facebook Social Search, l’Open Graph et le #ecommerce

Facebook annonçait  le 16 janvier la « recherche sociale ».

Elle sera bientôt disponible pour tous et n’est qu’en béta test pour le moment. Benoît Gaillat sur Info-Ecommerce.fr nous livre ce matin une réflexion pertinente sur ce qu’on peut attendre du Scial Search Facebook sur les sites de commerce… Je vous conseille de lire cet article pertinent sans tarder si vous êtes e-commerçant. Je me permets quelques réflexions impertinentes 🙂 en passant.

Une mise à niveau pour Facebook, mais une originalité

Autant le dire simplement, Facebook vient de loin avec sa recherche. Ne lui jetons pas la pierre, indexer de telles quantités de documents, textes, images, événements, interactions… est un défi surhumain. L’ampleur du chantier est inimaginable, d’autant que loin de considérer simplement le volume actuel à indexer et filtrer il faut rattraper un vague qui grossit de jour en jour. Imaginer un surfer qui emmènerait ses appareils de muscu sur sa planche en ramant comme un fou en franchissant la barre. C’est un peu ça !

L’originalité ? Pas forcément celle de vous donner les MEILLEURS résultats ABSOLUS… mais RELATIFS à ce qu’aiment vos amis, aux lieux que vous avez visités, etc. en se basant sur votre historique, votre réseau, vos interactions.

Des choux et des carottes

Le point de vue du commerçant est spécifique quant à l’indexation. Il faut AIDER les moteur/plateforme à vous voir. Quoi ? Certains vont s’insurger, prétextant de se faire déjà racketter… Non non non, il faut juste comprendre comment cela fonctionne et que c’est exactement pareil pour Google. 4 possibilités vous sont offertes :

  1. Vous êtes « important » : Facebook ou Google vous placent naturellement devant
  2. Vous êtes modeste mais vous avez de l’argent (beaucoup) : Vous payez de la visibilité chez l’un ou l’autre
  3. Vous êtes futé : vous travaillez votre visibilité.
  4. Vous ne faites rien : n’espérez rien

Goorgle search microformats balisageOr, le challenge est d’obtenir du trafic le moins cher possible. Comment ? En aidant le moteur de recherche. Chacun tâtonne, mais la voie la plus prometteuse consiste à proposer aux éditeurs (vous ! Ecommerçants par exemple) de qualifier leurs données : avec le Social Graph, chez Facebook, avec les microformats pour Google. Il s’agit de disposer des balises qui précisent la nature des données à indexer : on parle de web sémantique.

Exemple : je publie des recettes de cuisine avec des RDV pour les visiteurs de mon blog. Les fiches de recettes sont classées comme telles, les RDV sont aussi reconnus comme des événements, mon identité d’auteur également ainsi que les notes attribuées à mes recettes. Ce qui facilite la recherche : on me trouve plus facilement.

Ne pas y être ? Danger

Si vous avez lu ce qui précède, c’est une évidence : vous devez publier en qualifiant, balisant, détaillant, greffant les outils sociaux et d’indexation le mieux possible. C’est un visage assez peu connu des apports des réseaux sociaux : on a trop l’habitude de raisonner en quantitatif (volume de trafic apporté par Facebook, par exemple) par rapport aux bénéfices secondaires, porteurs d’avenir, sur le long terme.

Ne pas y être c’est aussi sous estimer les interactions qui vous qualifient comme « pertinent » pour les moteurs et vous rattache à des thématiques précises…

La question cruciale reste sur le comment m’y mettre ? Mon travail est-il de bonne qualité ? Quel est le degré d’urgence ?

Une réponse que doit vous apporter votre éditeur, votre conseil ecommerce.

Valvert
=> Valvert

Valvert

Consultant marketing et eCommerce, organisateur et animateur d'événements chez @Valvert - Shake Event
Créateur et animateur de "Shake your ecommerce" le congrès de la communication, de la distribution et du numérique.

Consultant et formateur #ecommerce #marketing

#shake18 à Marseille c'est le 17 et 18 mai 2018 @ShakeEvent

Président @eComProvence.

Animateur @WakeUp_AMFT#AMFT #FrenchTech.
Blog sur www.valvert.net.
Valvert
=> Valvert